CAHIER D’ESPÉRANCE N°829: «L’année de la Miséricorde n’est pas terminée…»

Cette Année Sainte dite de la Miséricorde a commencé le 8 décembre 2015 en la fête de l’Immaculée Conception. Elle se terminera le 20 novembre 2016 en la fête du Christ Roi. Elle marque également   le 50e anniversaire de la conclusion de Vatican II, mais aussi les cinquante années d’existence du Diocèse de Nanterre. Ces 50 années, nous les fêterons tout au long de cette nouvelle année jubilaire qui a commencé le dimanche 9 octobre et se terminera par une grande fête diocésaine le 11  juin  2017.  Un premier rassemblement « Festival de la Fraternité » a déjà eu lieu le 16 octobre 2016.

En cette année de la Miséricorde, nous avons cherché:

Comment retrouver un temps pour le pardon entre frères et recevoir le Pardon de Dieu ?

Comment retrouver l’envie d’une rencontre, de recevoir le pardon, alors que les paroles bien intériorisées du « Seigneur prends pitié«  nous sont offertes à chaque messe pour purifier  notre quotidien ?

Nous nous sommes demandés  pourquoi notre démarche vers l’Eucharistie est devenue aussi simple dans notre cœur, alors que la Réconciliation nous parait plus ambigüe  moins attirante ? Sans doute, parce que nous devons retravailler sans cesse l’image que nous avons de Dieu et de son Fils Jésus-Christ…

Les Évangélistes nous rapportent pourtant des paroles de Jésus qui devraient atteindre notre cœur : « Les bien-portants n’ont pas besoin de médecin; je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs. » (Mc 2,17).

« Va, et désormais, ne pèche plus » dit-Il à la femme adultère. (Jn 8,11), en la laissant libre des moyens pour y parvenir.

Enfin, Jésus n’a pas fini de sourire de l’intendant habile à truquer les factures pour se faire des amis : « Ceux de ce monde sont plus habiles avec leurs semblables que ceux qui habitent  la  lumière. » (Lc 16,8).

Comment pourrions-nous craindre un Dieu avec un tel sens de l’humour et qui connait si bien la nature humaine. Il sait bien ce qu’il y a dans le cœur de l’homme.

Si nous réfléchissons à nos propres fautes, nous voyons qu’il n’est pas si simple de pécher gravement. « Le péché est un acte personnel dont nous sommes responsables (CEC n°1868), consistant à choisir délibérément en le sachant et en le voulant, d’agir gravement contrairement à la Loi Divine et à la fin dernière de l’homme » (CEC n°1874)*.

Voilà qui devrait répondre à notre impression de nous accuser toujours des mêmes fautes en explorant nos propres limites que nous connaissons si bien ! Mgr Aupetit,  le 8 décembre  dernier, nous a donné la réponse en nous incitant  non à nous regarder nous-mêmes, mais à considérer la  Bonté de Celui qui nous accueille et qui est capable – au grand étonnement de Pierre – de nous pardonner jusqu’à soixante-dix fois sept fois !
Un autre élément que nous percevons très mal est le fait de s’adresser à Quelqu’un  qui nous connait mieux que nous-mêmes et donc à qui nous n’apprenons rien de nos faiblesses… Nous avons l’impression de déranger…

C’est oublier que nous n’avons pas à informer le Seigneur (il sait !), mais nous, nous avons à mettre des mots sur ce qui nous culpabilise. Finalement, nous sommes les grands bénéficiaires de la démarche, parce que nous encadrons notre mal-être par des mots et que le non-dit confus vient à la lumière de l’exprimé.

Cet effort de lucidité, notre expression d’adulte responsable, Dieu nous en récompense au travers de l’absolution donnée par le prêtre. Alors, ne boudons pas notre plaisir, allons rencontrer le Seigneur et l’infinie compassion qu’il porte à ses enfants.

L’année de la Miséricorde ne se terminera jamais!…. 

Francis Lapierre, diacre

* Catéchisme de l’Eglise catholique – Mame/Plon-1992


Monique Genty nous a quittés 

L’équipe Ethique d’entreprise et Déontologie est en deuil de Monique Genty, membre fondateur, fidèle, secourable  et chère à tous. Graphologue Jungienne, auteur d’« Archétypes et écriture »,  Monique nous apportait la connaissance des entreprises  d’une  professionnelle en cabinet d’out-placement. Surmontant une chimiothérapie lourde, elle avait tenu à revenir, le 20 Juin dernier, pour nous transmettre le cœur de la pensée d’Emmanuel Mounier.

Elle a quitté ce monde, sereine et se disant heureuse de revoir son mari Michel Genty, l’un des artisans du démarrage de Notre Dame de Pentecôte.

Nous nous confions à sa prière et à son soutien.

Jean-Paul Lannegrace


esperance-banlieu
ERIC MESTRALLET, Créateur d’un nouveau type d’école présentera son livre: « ESPÉRANCE BANLIEUES »
Jeudi 1er décembre 2016  12h45 – 14h00 / possibilité de sandwichs

logo-1

                                              lien vers l’événement

 

829


N°829  Semaine du 16 au 23 novembre 2016 

Vous pouvez télécharger le Cahier d’Espérance N°829  au format PDF : 2016-829