Les libraires ont aimé

Vous pouvez télécharger les lectures de l’automne au format PDF ci-dessous : 

Lectures autome19


Soif

Amélie Nothomb,Albin Michel

C’est cette sensation corporelle violente, douloureuse, vécue par le Christ lors de sa Passion, que la célèbre romancière au chapeau nous fait ressentir. Écrivant à la première personne, elle développe une version très incarnée du dernier jour de ce condamné si spécial. Ses doutes, sa peine, ses souffrances, sa peur. La crucifixion est ici narrée à hauteur d’homme. Mais cette soif est aussi transcendantale. Par sa foi lumineuse, par sa miséricorde, Jésus sauve les hommes et annonce le Royaume. En s’autorisant une vraie liberté de ton, et avec cette perspective introspective, Amélie Nothomb ne propose-t-elle pas, au fond, un roman de catéchisme pour l’époque ?

PM

Interview de Mgr Rougé à la matinale d’Europe 1 (à propos du livre ci-dessous) sur le site NDP

https://www.europe1.fr/culture/que-pense-un-eveque-du-nouveau-livre-damelie-nothomb-3917313


Marcher jusqu’au soir

 Lydie Salvayre (Editions Stock) 2019

Invitée à passer une nuit au Musée Picasso à Paris, lors d’une exposition dévolue à Giacometti, devant l’homme qui marche, Lydie refuse, mais finit par céder. A partir de cette sculpture, elle nous livre ce qu’il en est de la condition humaine : notre vulnérabilité, mais notre entêtement à persévérer, tout ceci écrit avec une sérénité décapante et une superbe indéniable.

MLV


L’Art de perdre

Alice Zeniter, Editions Flammarion

France-Algérie, trois générations : le grand-père Ali, montagnard kabyle, devenu « harki » comme malgré lui et la grand-mère Yema, le père Hamid arrivé en France en 1962, et qui refuse de parler de son enfance algérienne et des camps de transit où il a grandi et enfin Naïma, personnage principal qui veut comprendre. D’historique la quête deviendra géographique.

Comment le roman présente-t-il la guerre d’Algérie ? Entre les deux camps, une surenchère d’exactions et de meurtres, de massacres. La population est prise entre deux feux et peut difficilement rester neutre. Ali, ancien combattant se retrouve du côté des Français : il leur donne des informations, en échange d’une protection pour sa famille.

Menacée, celle-ci doit s’enfuir en France, résidant d’abord dans un camp de transit, elle loge ensuite sur un chantier forestier, avant d’habiter finalement en HLM. 50 ans plus tard, Yema la grand-mère ne parle pas français et sa petite fille Naïma sera la première à aller en Algérie pour faire la connaissance de cousines dont le grand-père avait choisi

le FLN…

AP


La réponse (mur)murée

Brunor – Brunor éditions – 2019

Dans une continuité de présentation et de style avec les épisodes précédents, Brunor poursuit son enquête sur les discussions au sujet de la question : « Qui est Jésus ? », « Dieu véritable uni à l’homme véritable ». Comment les deux natures divine et humaine cohabitent-elles ? Qu’impliquent elles ?

 On évolue ainsi à travers l’histoire des conciles et des différentes hérésies.

Très intéressant et instructif de manière plaisante. Devrait être accessible dès 16/17 ans sans limite d’âge.

JG


Retour à Birkenau

Ginette Kolinka – Marion Ruggierie,       Edition Grasset

“Moi-même je le raconte, je le vois, et je me dis c’est pas possible d’avoir survécu…”
Arrêtée par la Gestapo en mars 1944 à Avignon avec son père, son petit-frère de douze ans et son neveu, Ginette Kolinka est déportée à Auschwitz-Birkenau : elle sera seule à en revenir, après avoir été transférée à Bergen-Belsen, Raguhn et Theresienstadt. Dans ce convoi du printemps 1944 se trouvaient deux jeunes filles  dont elle devint amie, plus tard : Simone Veil et Marceline Rosenberg, pas encore Loridan – Ivens.
Aujourd’hui, à son tour, Ginette Kolinka raconte ce qu’elle a vu et connu dans les camps d’extermination. Ce à quoi elle a survécu. Les coups, la faim, le froid. La haine. Les mots. Le corps et la nudité. Les toilettes de ciment et de terre battue. La cruauté. Parfois, la fraternité. La robe que lui offrit Simone et qui la sauva. Que tous, nous sachions, non pas tout de ce qui fut à Birkenau, mais assez pour ne jamais oublier ; pour ne pas cesser d’y croire,  même si Ginette Kolinka, à presque 94 ans, raconte en fermant les yeux et se demande encore et encore comment elle a pu survivre à “ça”…


La Parole est un don de soi
« l’art de parler en public »

Laurent Delvolvé,  Tequi éditeur

Seul  un esprit chagrin se plaindra d’une parole  publique libérée mais le même esprit, avec sagesse,  s’interrogera sur le  contenu et les  effets de cette libération.  Parfois les prises de paroles en publc sont réduites à  un  exercice de mise en valeur personnelle Elles risquent de brouiller le message destiné  à qui peinera,  alors,  à se former   un jugement ,  évaluer une proposition,  consentir à une action ..

Laurent Delvolvé  affichant  un souci  pédagogique clair, justifiera  son propos en affirmant que prendre la parole en public  n’ est pas une finalité en soi, parce qu’il est fondamental, essentiel  de reconnaitre  à tout auditeur des capacités de réflexion, des convictions, des attentes …,  de considérer cet autre dans sa  singularité  et sa différence. Cette  approche est  exigeante mais nécessaire , pour que le message ne risque pas de manquer sa              « cible ».L’orateur devra examiner sans complaisance ses mobiles, analyser  ses intentions profondes, ses convictions;  ce qui intègre un temps de silence  préparatoire, pour livrer   une parole ajustée aux circonstances ,

La prise de parole s’élabore alors  dans la conscience d’un don de soi,  et non plus  dans  la captation  de l’Autre. La parole devient alors  capable d’assumer  la portée qu’elle ambitionne. En  avocat  et  en chrétien l’ auteur  rappelle  d’ailleurs    que  la  parole publique du  Christ, le Verbe de Dieu,   n’a pas été prise, mais s’ est offerte et  s’offre encore à   tous , nourrie  aussi dans le  Silence de l’ Oraison  .

L’ ouvrage propose  des  repères utiles et variés   pour déjouer les pièges  de l’ego afin de   situer d’emblée  toute  prise de parole publique  au cœur d’une  responsabilité  assumée , courageuse et vigilante: un art autant qu’une discipline .

Au-delà du  projet  initial , ce livre qui décline  les composantes  d’une expression , publique réussie, induit naturellement  un questionnement sur nos «  prises » de paroles,  dans le quotidien de nos vies … . pour qu’ elles deviennent autant de  rendez vous avec l’autre, là  où nous le rejoignons et quelque soit le sujet ,  dans un échange  réfléchi  , responsable et fécond .

MCG


Les passeurs de livres de Daraya

Delphine MINOUI,  Editions de Poche

Delphine Minoui, , une journaliste française, basée à Istanbul, recueille jour après jour le témoignage des habitants de Daraya…autre banlieue de Damas bombardée pendant des mois.
C’est tout une page de l’histoire syrienne, du régime assassin d’Assad, une page de notre 21ème siécle, du silence qui pèse sur certains événements qui est ici dévoilée. Ce sont aussi le courage de certains et la force intérieure qu’ils communiquent,  grâce à une bibliothèque souterraine, que nous découvrons. Soudain au milieu de l’horreur de la guerre, des hommes et des femmes accèdent pour la première fois à la liberté de lire.

AP


Le pianiste de Yarmouk

Aeham AHMAD, Editions La Découverte

Dans ce récit autobiographique, un jeune réfugié Palestinien s’efforce de résister par ses talents de pianiste. L’unique connexion entre cette banlieu de Damas et le reste du monde se fait par internet.  Yarmouk envoie des vidéos et se fait connaître dans le monde entier comme « le musicien des ruines ». Sa photo (reproduite sur la couverture du livre a fait le tour du monde.

AP


Une contre-révolution catholique

Yann-Raison du Cleuziou ,Editions du Seuil

Après le succès de « Qui sont les cathos d’aujourd’hui ? » ce nouveau livre du sociologue Yann Raison du Cleuziou constitue un ouvrage de référence sur l’historique en France de 1990 à 2018 des mouvements catholiques conservateurs qui se sont manifestés politiquement par « La Manif pour tous ».

Ces catholiques « observants » défendent la famille traditionnelle ; ce sont eux qui réussissent à transmettre la foi à leurs enfants lesquels sont le vivier des vocations sacerdotales actuelles. Ils sont aujourd’hui majoritaires dans l’Eglise.

Ils ont suivi le pape Jean-Paul II dans sa résistance à la sécularisation des corps et sa défense de la vie de la conception à la mort. Ainsi « La défense de l’embryon sans voix s’est substituée à celle du salarié dominé ».                « Respect de la vie, de la loi naturelle et du Créateur sont liés ». Dans le même esprit la « déclaration « Dominus Jésus » du cardinal Ratzinger s’oppose à l’individualisation de Dieu dans l’authenticité de la profondeur du moi, à l’égale valeur des différentes religions, à l’Etat fixant la morale au-lieu d’y être soumis, à « l’ouverture au monde et au principe du moindre mal qui ont dissimulé un ralliement aux valeurs dominantes », enfin à « la science sans conscience ».

Les observants veulent « rappeler la vérité à temps et à contre temps » ; les charismatiques veulent que chacun devienne missionnaire après une rencontre intime avec Jésus : « tous considèrent que l’inculturation du christianisme n’est plus à l’ordre du jour ». Cette attitude face au monde est à l’opposé de celle de Vatican II.

JPL


UNE MYSTIQUE DE LA TRAVERSEE

Edith de la Héronnière,Albin Michel

La personnalité et l’œuvre du Père jésuite TEILHARD de Chardin sont difficiles à saisir dans toutes leurs composantes : scientifique, intellectuelle, spirituelle, littéraire. Une mise en retrait de l’influence de sa pensée et de ses écrits par l’Eglise a aussi creusé la distance prise avec l’originalité de cette pensée.

Edith de la Héronnière suit pas à pas l’évolution de la vie privée et publique du prêtre géologue et paléontologue, ses missions scientifiques, ses communications universitaires, les correspondances avec ses pairs, ses parents et amis, ses frères en religion.  C’est en termes simples que l’auteure, avec une empathie distanciée pour son sujet, contribue à faciliter à la fois une approche de l’homme et une compréhension des concepts développés dans ses écrits.

Le propos de ce livre consiste à éclairer par les évènements  inscrits dans son itinéraire la trajectoire d’un homme au parcours spirituel, philosophique et scientifique exceptionnel. C’est une grille de lecture qui permettra d’aborder l’œuvre de Teilhard de Chardin jusque dans ses écrits les plus difficiles, permettant la rencontre du lecteur avec l’homme de Science et de Foi qui restera un marqueur de la pensée intellectuelle de la seconde moitié du XXème siècle.

Teilhard, à l’écriture parfois mystique, développe une théorie de l’évolution de l’humanité, liée à la spiritualisation totale de la matière, selon laquelle le Christ attire à lui l’Homme et la matière. “Il sature de sa présence à la fois enfouie et irradiante le Cosmos “.

Edith de la Héronnière souligne sans ambiguïté que Teilhard se pliera avec une obéissance rétive aux injonctions de l’Institution ecclésiale (y compris celles de la Compagnie) qui s’oppose à plusieurs fondamentaux de sa pensée théorisée. Son intime conviction résistera à la mise à l’épreuve intellectuelle, théologique et spirituelle que lui opposent ses détracteurs.

C’est sur les chemins escarpés et audacieux de la connaissance de l’Homme et de Dieu que Teilhard de Chardin s’aventure, avec les aléas réservés aux spéculations de la pensée d’un homme habité de certitudes irrévocables mais exposé à des contestations inévitables.

Le mérite premier de l’ouvrage est bien de rendre accessibles ces concepts marqués par une originalité profonde.

MCG


Prenez soin de votre âme

Jean-Guilhem Xerri,édition ,Cerf

Ce superbe livre d’anthropologie chrétienne répond aux attentes de notre temps :

Il est accessible au grand public ; il remplace la moralisation par la thérapie ; il promeut « l’esprit » de l’homme commun aux incroyants et aux croyants. Il met à la portée de tous l’anthropologie des Pères du désert.

A juste titre, l’anthropologie binaire « corps et âme » du catéchisme est remplacée par l’anthropologie ternaire « corps âme, esprit » de saint Paul, saint Justin, saint  Irénée.

« Le corps est le lieu de l’âme comme l’âme est le lieu de l’esprit » ( Saint Justin)

L’esprit est inconscient (cf. Jung, Frankl), mais « au plus tard après la mort, le voile se lèvera »

« L’âme a trois pôles : logique pour chercher, épithymique ou de désir pour aimer, thymique ou de force pour lutter ». (Evagre)

« L’esprit a la fonction essentielle d’orienter, de diriger l’âme en s’appuyant sur la volonté libre et sur l’intelligence intuitive »

« L’esprit est le lieu qui permet à l’homme de sortir de lui-même pour mieux le devenir ».

« L’esprit rend l’homme humain… le métamorphose d’homme psychique en homme spirituel ».

Exposé lumineux des 5 étapes de la tentation (Jean Damascène), des 3 maladies de l’âme (Evagre)

Très éclairante analyse des bienfaits et limites de la méditation contemporaine d’origine bouddhiste au regard de la méditation chrétienne.