CAHIER D’ESPÉRANCE N°828: «RENDONS AU TRAVAIL SA VALEUR D’HUMANITE»

Dans le contexte de la Messe de ce jour animée par l’Action Catholique Ouvrière, et en liaison avec la prise de position de l’ACO en avril dernier au moment de la discussion sur la loi El Khomri, les deux équipes de l’ACO de NDP vous font part de leurs réflexions à propos du travail :  

La situation se dégrade. Le contexte que nous vivons fait du travail une marchandise, une masse qu’on peut briser, fractionner et déplacer. Les travailleurs sont divisés, écartelés, mis sous pression. Le travail y perd sa signification. Les hommes et les femmes deviennent une variable d’ajustement.

Les salariés avec ou sans emploi, jeunes ou moins jeunes, sont fragilisés, précarisés. Comment trouver un logement, se soigner, faire des projets, s’organiser, tout simplement vivre dignement ?  Cela même apparaît comme une utopie.

Dans tous les pays, les travailleurs subissent les lois de la finance,de la compétitivité. « La mentalité régnante met le flux des personnes au service du flux des capitaux, provoquant dans beaucoup de cas l’exploitation des employés comme s’ils étaient des objets à utiliser, à jeter et à laisser de côté »  dit le Pape François.

Un taux de chômage élevé depuis bientôt un demi-siècle, une économie peu dynamique ne créant pas suffisamment d’emplois,des offres qui installent la précarité, de nouvelles formes de travail qui mettent à mal les avancées sociales gagnées de haute lutte,des personnes en souffrance sur des postes constamment remodelés, des jeunes formés qui ne trouvent pas de débouchés, les arguments ne manquent pas pour conforter et ancrer cette idée dans l’opinion qu’il n’y a pas de travail pour tous.

Parce qu’ils sont attachés à leur travail, à ce qu’il soit bien fait,à sa finalité, aux relations créées, aux petits bonheurs,aux solidarités qui s’y vivent, les travailleurs ont souvent « mal à leur travail ». Ils le ressentent dans leur corps, personnellement,collectivement, parfois violemment.

Les membres de l’ACO l’affirment :

– L’homme détient une place centrale. Il vaut bien plus que la richesse, que le profit qu’il produit par son travail. Le travail doit être pensé comme une plus-value humaine et non comme une charge financière.

– Les hommes et les femmes ont besoin d’être reconnus dans leur travail, d’y donner du sens.

– La valeur « travail » dépasse largement la notion d’activité ou de gagne-pain.  Elle dit une dignité nécessaire, une participation à la vie sociale, à plus forte raison lorsque des personnes en sont privées.

Dans notre société individualiste, il est important de ne pas rester seul pour prendre part à l’action, que ce soit celle des syndicats, des associations ou d’autres organisations…

Nous croyons que le Christ nous guide sur ce chemin d’humanisation, de justice,de paix. Croire nous met debout et nous aide à lutter quels que soient les vents,les orages, les tempêtes.

Nous vivons une période de mutations, à nous d’être attentifs et proactifs pour que cela se fasse dans le sens de la justice.

« Nous devons lutter pour que le travail soit un lieu d’humanisation et d’avenir,pour qu’il soit un espace pour construire la société et la citoyenneté »  Pape François.

Les membres des équipes ACO de NDP

Logo A C O

http://acofrance.fr/


      logo_bleu_2016
            

91ème Session   des Semaines Sociales de France 

« Ensemble, l’éducation. »

Cette Session aura lieu les 19 et 20 novembre 2016 au « Paris Event Center »  20 avenue de la Porte de la Villette – Paris 19ème.

Elle a été précédée de manifestations autour de thèmes liés à l’éducation tout au long de l’année dans telle ou telle antenne des Semaines Sociales de France. Plusieurs des comptes rendus de ces interventions sont en ligne sur le site www.ssf-lasession.org

Notons tout d’abord que « l’éducation » ne se limite pas à « l’Éducation Nationale » dans les établissements scolaires et universitaires. C’est ce que souligne Dominique Quinio, nouvelle Présidente des Semaines Sociales de France : « Avant même d’en débattre, affichons nos convictions; nous sommes tous acteurs de l’éducation : la famille et l’école, mais aussi les mouvements d’éducation populaire, les religions, le monde du sport, les médias, les associations, la culture … L’éducation, c’est l’affaire de toute une vie, comme éduqué et comme éducateur. »

Pensons aussi à notre vie dans le milieu professionnel et aux diverses possibilités de formation.

Le samedi, seront proposés des conférences le matin et un Forum l’après-midi. Un programme spécifique accueillera les enfants de 6 à 14 ans ce samedi. Le dimanche, seront présentées les propositions déposées sur la plateforme participative, au cours de l’année. Suivra ensuite un dialogue avec certains candidats à l’élection présidentielle.

Tous les renseignements sont disponibles sur le site www.ssf-lasession.org Les inscriptions peuvent se faire encore. Une restauration est possible sur place pour le déjeuner chacun des deux jours.

Le samedi (9h à 19h) : Conférences – Forum – Séquence cinéma.

Le dimanche (8h45 à 16h30)  : Messe – Conférences.

Note : Des tracts sont encore disponibles sur les tables à l’entrée de Notre Dame de Pentecôte


luOpération « Lunettes Sans Frontière »

Les personnes qui ont des lunettes dont elles ne se servent plus, peuvent les déposer à la Maison d’Eglise de Notre Dame de Pentecôte à La Défense, et à Saint Nicolas des Champs.

Depuis le début de l’Opération, commencée le 18 mars dernier, plus de 350 paires de lunettes ont ainsi été collectées pour l’Association « Lunettes sans Frontière »  qui, après les avoir nettoyées et avoir mesuré la dioptrie de chaque verre, les envoie gratuitement à des personnes compétentes dans des cliniques, dispensaires ophtalmologiques, stations de mission, associations, pour en faire bénéficier les malvoyants les plus démunis de leur pays, en Afrique, Amérique du Sud, Europe et France.

Un premier envoi de 230 paires de lunettes a été fait début juin.


tissage

« Tissages, métissages »

Hélène Bataille Scalbert

du 9 novembre au 16 décembre 2016

« C’ est toi qui m’a tissé dans le sein de ma mère…l’être étonnant que je suis » – Psaume 138

Sur les plages du nord, mon pays, il y a beaucoup de bandes, pas seulement des «bandes d’ amis», mais des bandes de rythmes horizontaux, de sable, de piquets de moules, de restes du mur de l‘Atlantique, des bandes d’argile, de tourbe.

Mon travail commence avec des bandes de papiers que je colore avec des encres noires plus ou moins délayées de teintes bleutées, ocres, terres vertes.

Ces couleurs sont le reflet de ces paysages de la côte d’Opale. J’ ai aussi une palette plus colorée et chaude, souvenir de voyages dans le sud. Il se peut que j’ utilise aussi des bandes de rebuts de dessins de nus ou de natures mortes .

Puis peu à peu, naît en moi le désir de les croiser, les entrecroiser, les lier, les tisser entre elles,Tisser des liens, faire tisser des liens, voilà toute la saveur, la joie , la richesse d’une vie.

J’ aime cet acte artisanal, systématique, ancêtre des métiers à tisser.

Puis j’accueille la surprise de cette composition « tous unis en un seul corps »« Le métissage, c’ est l’inconnu de soi qui fascine et que l’on veut rejoindre »  Marguerite Duras.

Je m’ inscris dans ce geste du métissage qui permet à l’ aventure humaine de se déployer au delà des déterminismes.

Hélène Bataille SCALBERT



828


N°828  Semaine du 9 au 16 novembre 2016 

Vous pouvez télécharger le Cahier d’Espérance N°828  au format PDF : 2016-828