CAHIER D’ESPÉRANCE N° 825: «Notre Dame de Pentecôte ouvre ses portes… le 12 octobre»

Nous commencerons cette journée « Portes ouvertes »  par la messe  à 12h 00. Elle sera  suivie par un buffet sympathique.

Pourquoi se restaurer ?

Parce qu’il sera l’heure !

Surtout, parce que le repas partagé libère la parole. Les préhistoriens nous disent : «L’homme a développé le langage en attendant que la viande cuise.»

Jésus, par le geste du pain partagé, nous transmet à la fois nourriture et Parole.

Une fois la parole libérée, il sera temps de nous rencontrer et de faire le tour des nombreuses équipes qui caractérisent ce lieu :

– les équipes professionnelles ;

– les parcours de formation chrétienne.

Peut-être trouverez-vous le groupe qui vous manque pour donner un sens nouveau à votre activité professionnelle.

Si vous ne le trouvez pas, peut-être est-ce aussi le moment de chercher deux ou trois collègues qui partageraient votre point de vue pour créer ce dont vous avez besoin ?

Pourquoi cette invitation vous est-elle transmise par un diacre ? Parce que j’ai retenu de ma formation, l’image que le diacre est l’homme chargé de mettre le pied pour que la porte de l’Église reste toujours entrebâillée pour qui veut entrer. La communauté a toujours tendance à vouloir rester au chaud, portes fermées.

Alors, aujourd’hui, j’ai récupéré mes deux pieds pour ouvrir grand les portes.

Et que nos rencontres portent du fruit !

Francis LAPIERRE – diacre


                        « Chrétien et moderne »

                                      CONFÉRENCE DE PHILIPPE D’IRIBARNE

                                    LE JEUDI 29 SEPTEMBRE

CONTEXTE DE CRISE

Le livre de Philippe d’Iribarne, « Chrétien et moderne », ainsi que cette conférence se situent dans le contexte actuel de double crise de la modernité et du monde chrétien.

La modernité rêvait de faire advenir liberté et égalité en s’appuyant sur la raison. Or ce rêve est mis en échec, devant la difficulté à exporter ce qui se fait en Occident, notamment en Afrique et dans les Etats arabes, tandis qu’en Occident des mouvements populistes prônent un retour vers des formes traditionnelles d’identité.

Le monde chrétien vit une difficile transition entre une identité ancienne (attachement aux institutions, aux dogmes …) et une identité nouvelle (ouverture à l’autre, combat pour la justice…). Il risque parfois de ne plus proposer qu’un humanisme post-religieux.

OBJET DE CETTE REFLEXION

Le thème de cette conférence repose sur la conviction qu’une confrontation, à la fois sans concession et ouverte entre modernité et christianisme, peut apporter beaucoup aux deux et les aider à sortir de leur crise respective.

APPORTS RECIPROQUES

Les chrétiens ont emprunté à la modernité la démarche historico-critique pour l’appliquer à l’Ecriture.  Aujourd’hui nous devrions être assez modernes pour l’appliquer à certains dogmes…

Pourquoi le pluralisme démocratique (objectif central pour les modernes) a prospéré dans les pays de tradition chrétienne ?

Le message chrétien est placé sous le signe du doute et du débat. Jésus est le premier « déconstructeur » du sabbat, de la tradition et de la figure du Messie…

(Par contre, quand on étudie l’Islam, on remarque à quel point il est centré sur la certitude, le refus souvent du débat et la recherche d’unanimité.)

De plus l’Eglise primitive était déjà pluraliste, tâchant de régler les rapports entre judéo-chrétiens et pagano-chrétiens.

LIGNE DE PARTAGE ENTRE MODERNITÉ ET CHRISTIANISME :  QUELS REGARDS PORTER  SUR LE PAUVRE ?

On trouve au cœur du projet moderne, la notion d’émancipation d’abord intellectuelle (réfléchir par soi-même) puis politique : il faut s’émanciper par rapport à la société traditionnelle pour créer une société nouvelle. Dans cette logique, le pauvre étant condamné à rester dépendant, il n’a pas sa place dans la société moderne.

Le christianisme, dans sa fidélité à l’Evangile, considère les pauvres dans leur pleine dignité.

COMMENT LA POST MODERNITE CONSIDERE-T-ELLE LE CHRISTIANISME ?

La post-modernité met l’accent sur le dialogue tout en considérant que tous les points de vue et tous les choix de vie se valent.

Alors que la modernité issue des Lumières voyait dans toutes les religions quelque chose à dépasser, la post-modernité semble trouver que les religions sont sympathiques (comme le chamanisme ou les substances hallucinogènes). Dans ce contexte, le chrétien est tenté par la rencontre, mais il faut savoir que le prix à payer est d’accepter de considérer que tout se vaut.

Se développe, avec les post-modernes, une représentation du christianisme comme gentil, alors que Jésus n’est pas gentil. Il établit une différence nette entre les personnes et les doctrines. Il est plein de compréhension avec les personnes qui cheminent laborieusement dans la condition humaine.
En revanche, il est sans concession avec les doctrines mortifères…

FACE A UNE MODERNITE EN CRISE,QUELLE PEUT ETRE UNE IDENTITE CHRETIENNE?

Le projet moderne de construction d’une société « hors-sol », et donc coupée de la société concrète, a échoué. Ce projet était né, à la sortie des guerres de religion, dans un contexte chrétien, mais il n’a pu s’exporter dans des contextes radicalement différents. Les modernes croient que le corps politique peut absorber le corps social (composé de chacun avec ses passions, ses préjugés, sa religion, ses problèmes quotidiens). Ils doivent réintégrer dans leur vision du monde les questions : quels sont les hommes qui composent la cité, quel est leur être intérieur, et en quoi celui-ci peut-il permettre qu’advienne ce que l’on cherche collectivement ?

Dès lors, on ne peut en rester à l’illusion de la religion affaire privée, englobée par le politique.
Au contraire, face à cette crise, le christianisme a quelque chose de spécifique à apporter.

Car la vie et les propos de Jésus rapportés dans l’Evangile proposent une manière cohérente et singulière d’habiter la condition humaine. Comment la caractériser ?

Jésus est sans illusions. Il pleure, annonce qu’on aura des ennemis, y compris parmi nos proches.
Il explique qu’il faut être rusé comme les serpents, autant que candide comme les colombes. Il ne prêche pas seulement des manières d’agir ou de servir, mais il transforme le regard, il prône une attention aux personnes, aux situations considérées dans leur vérité. Il ne s’agit pas seulement pour chacun de regarder avec humilité ses propres limites, mais de ne pas laisser le ressentiment l’empêcher de goûter pleinement ce que la vie lui donne. « Tout ce qui est à moi est à toi » dit le Père au fils aîné
de la parabole.

Il faut saisir le lien intime entre une manière de vivre inspirée par le message évangélique et une forme d’organisation collective que la modernité célèbre mais ne parvient pas à réaliser,
qu’il s’agisse de la liberté de pensée face à la pression du groupe, de l’acceptation du pluralisme, de la capacité des chefs à servir ou du respect de la dignité des pauvres. Cet effet se produit à la longue à travers la culture beaucoup plus qu’à travers l’action  politique des Eglises.

Pour conclure, la tâche historique des chrétiens aujourd’hui est de digérer la modernité en s’incorporant ce qu’elle apporte et en rejetant les scories. C’est une étape de plus dans une histoire qui a vu bien d’autres défis.

Ne mettons pas la lumière sous le boisseau.!

Notes de Anne Plauchu


arche

L’Aumônerie des Étudiants de l’Arche

    La rentrée 2016 a vu naître une aumônerie étudiante

à La Défense !

L’Aumônerie des Étudiants de l’Arche (AEA) a pour but de permettre aux jeunes des Ecoles et Instituts d’enseignement supérieur qui entourent l’Arche mais aussi à ceux en stage dans le quartier, d’expérimenter la joie d’appartenir à une communauté chrétienne dédiée qui les aide à fonder leur vie dans le Christ.

Faire des choix académiques et professionnels, entendre et répondre à une vocation,construire un rapport fécond à l’Eglise et à la société comme au monde de l’entreprise et à ses enjeux ne peut se faire seul. Cette nouvelle communauté du réseau Chrétiens
en Grande École (CGE) a ainsi pour but de permettre à chacun une authentique rencontre avec le Christ, Lumière du monde (Jn 8, 12) qui guide et oriente, sanctifie et gouverne toute chose.
Venez nous rejoindre !

Déjeuner tous les mardi entre 12h00 et 14h00 (participation : 5€). (Un projet d’étude du soir est en élaboration et d’autres encore …)

Facebook : @aealadefense    – Courriel : aealadefense@gmail.com

Père Jean-Baptiste Perche, aumônier 


825


N°825 Semaine du  12  au 19 octobre 2016 

Vous  pouvez télécharger le Cahier d’Espérance N°825 au format PDF : 2016-825