CAHIER D’ESPÉRANCE N°965

Des nouvelles des Groupe Familiaux Al-Anon

en cette période de confinement

Comme vous le savez, le seul but des groupes familiaux Al Anon est d’aider l’entourage et les familles des alcooliques. Pour ceux qui vivent avec une personne dans l’alcool, le confinement rend la situation encore plus difficile à vivre. 

Pour pallier l’absence des réunion physiques, qui sont à la base de la vie de notre fraternité, les groupes familiaux Al-Anon ont rendu possible des visio-réunions, 13 par semaine en français, plus 3 en anglais, 

Des groupes organisent également des réunions par téléphones.

Il existe aussi 2 groupes de partage par mail.

Toutes les informations utiles sur ces réunions sont accessibles sur notre site.( http://al-anon-alateen.fr/reunions ). Ainsi, malgré l’absence des réunions physiques, des réunions continuent a se tenir et a accueillir des personnes en souffrance. Et donnent même l’opportunité unique de partager entre amis de toutes régions !

Comme tous les groupes, celui de La Défense a cessé de se réunir mais reste disponible pour accueillir toute personne en difficulté par échange de mail à l’adresse ladefense.alanon-alateen@laposte.net ou par téléphone au 06 11 19 61 94.

Groupes Familiaux Al-Anon Ile-de-France

Coordination de l’Information Publique

06 11 19 61 94

********

Du responsable de la coordination:

voici une trouvaille dans les dossiers,venant de la congrégation,notre association prière conduite par soeur

CHEMIN d’AMOUR VERS LE PERE-Extraits de textes de Jean-Luc Fabre s.j

Le matin émerge à peinr pour Marie-Madeleine,elle se rend au tombeau,c’est encore les ténèbres; dans son coeur de femme,elle s’apercoit que la pierre a été enlevée du tombeau.Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple,celui que Jésus aimait…ils se rendent au tombeau.

La résurection, n’est pas seulement celle de Jésus,c’est déjà la nôtre. Son oeuvre derassemblement commence. En effet,Marie-Madeleine part informer Pierre et Jean pour qu’ils constatent la situation. Marie-Madeleine est là, avec cette surprise qui la rejoint dans son coeur de femme.

Croire au Christ réssuscité,c’est aussi croire que je réssuscite avec Lui.

Réjouissons-nous car le Christ hier, accablé de moqueries, couronné d’épines, pendu au bois, aujourd’hui se relève du tombeau.

Réjouissons- nous, car le Christ baigne de sa clareté ceux que les ténèbres de l’Enfer retenait captifs.

Réjoussons-nous car le Seigneur est descendu au plus profond du coeur de l’homme où se tapit l’angoisse.Il les a visités,il les a illuminés et tourments, angoisse, sont vaincus, engloutis dans l’abîme ouvert au flanc percé du Seigneur.

Réjouissons-nous,car il est réssuscité le Christ. Croire au Christ réssuscité,c’est aussi croire que je réssuscite avec Lui.C’est le passage permanent de la mort à la vie, de la tristesse à la joie, du vide à l’espérance et de la solitude à la présence paisible de Dieu, la Joie éternelle.

*******

La Fête de la Divine Miséricorde pour toute l’Eglise a été instituée par saint Jean-Paul II le 30 avril 2000 à l’occasion de la canonisation de Sœur Faustine. Elle est depuis célébrée tous les ans, conformément aux demandes du Seigneur, le premier Dimanche après Pâques. Cela va faire maintenant vingt ans.

C’est à Sainte Faustine (1905-1938), une religieuse polonaise de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde que le Seigneur Jésus confia une grande mission : transmettre au monde entier le message de la Miséricorde Divine. Le Christ lui dit :

« Je désire que le monde entier connaisse ma Miséricorde » (Petit Journal, 687). « Parle au monde entier de ma bonté et ainsi tu consoleras mon cœur » (Petit Journal, 580). « Aujourd’hui, je t’envoie vers toute l’humanité avec ma Miséricorde. Je ne veux pas punir l’humanité endolorie, mais je désire la guérir en l’étreignant sur mon cœur miséricordieux (…) ; avant le jour de la justice, j’envoie le jour de la Miséricorde » (Petit Journal, 1588).

Saint Jean-Paul II a longuement médité dans la chapelle des apparitions. En regardant l’avenir, il disait : « Que nous apporteront les années qui s’ouvrent devant nous ? Quel sera l’avenir de l’homme sur terre ? Nous ne pouvons pas le savoir. Il est certain qu’à côté de nouveaux progrès, ne manquent pas malheureusement les expériences douloureuses. Mais la lumière de la miséricorde divine illuminera le chemin des hommes du troisième millénaire ».

Le message de la Miséricorde Divine vient prolonger et compléter celui du Sacré-Cœur révélé à Paray le Monial. Il est une invitation à la confiance, une invitation à aimer Dieu et son prochain, une invitation à rencontrer le Seigneur de façon personnelle. Jésus Vivant veut rencontrer chacun personnellement, Il veut parler à chacun, consoler chacun. Il offre son amour et son pardon à chacun.

Cette révélation de l’insondable Miséricorde de Dieu est essentielle pour que les gens découvrent le vrai visage de Dieu et se tournent vers Lui. N’ayons donc pas peur d’être des témoins du Cœur miséricordieux de Jésus !

Comment puiser des grâces aux sources de la Miséricorde Divine ?

Par l’intermédiaire de sainte Faustine, le Seigneur offre au monde entier des moyens et des prières pour venir puiser des grâces aux sources de la Miséricorde Divine et l’honorer davantage. Le Sauveur désire que tous les hommes connaissent les promesses qui y sont attachées.

Ces moyens et prières sont :

  • Vénérer le tableau de Jésus Miséricordieux; « Je donne aux hommes un vase avec lequel ils doivent venir puiser la grâce à la source de la miséricorde. Ce vase c’est l’image avec l’inscription ; Jésus j’ai confiance en toi.  Je promets que l’âme qui honorera cette image ne sera pas perdue. »
  • Célébrer le Dimanche de la Miséricorde Divine précédé de la neuvaine à la Miséricorde Divine qui commence le Vendredi Saint ;
  • Réciter le chapelet à la Miséricorde Divine ; prière donnée par Jésus à Sœur Faustine, promettant de nombreuses grâces à celui qui implore sa Miséricorde par ce moyen.

« Les âmes qui réciteront ce chapelet seront enveloppées par ma miséricorde pendant leur vie et surtout à l’heure de la mort. » (Petit Journal 754).

  • Honorer l’Heure de la Miséricorde Divine (15h00) en pensant à la Passion du Seigneur et au Cœur de Jésus transpercé par la lance ; “À cette heure-là, tu peux tout obtenir pour toi et pour les autres. A cette heure-là, la grâce a été donnée au monde entier, la Miséricorde l’a emporté sur la Justice.”(Petit Journal, 1572)
  • Propager le message de la Miséricorde Divine ;

Mais la confiance profonde en Dieu et l’amour du prochain sont  au centre du message de la Miséricorde Divine.

On vénère la miséricorde d’abord en la vivant, et surtout à travers des témoignages de charité concrète. Il ne suffit pas en effet d’en rester au stade d’une dévotion privée. Vivre la miséricorde, c’est sortir de soi pour aller vers les autres.

Le Seigneur disait à sainte Faustine :

« Tu dois témoigner de la miséricorde à ton prochain toujours et partout (…), tu ne peux pas te dérober, ni te récuser, ni te justifier. Je te donne ici trois moyens de témoigner de la miséricorde à ton prochain : le premier, c’est l’action, le second, c’est la parole, le troisième, c’est la prière. C’est dans ces trois degrés qu’est contenue la miséricorde dans toute sa plénitude ; elle est une preuve irréfutable d’amour envers moi. C’est ainsi que l’âme glorifie et honore ma miséricorde. ( …) Car même la foi la plus solide n’est rien sans les actes ». (Petit Journal, 742)

Dans la suite de la montée vers Pâques que nous avons vécue intensément cette année, chacun dans nos foyers, cette fête nous donne le moyen de continuer à recueillir au pied de la croix de Jésus, toutes les grâces données pour le monde entier. « Je ne suis pas venu juger le monde mais le sauver. » Jean 12, 44.

En ces temps de pandémie mondiale, où certains de nos contemporains s’interrogent sur le sens de cet évènement, est- ce une punition divine ? Nous pouvons nous appuyer avec certitude sur les divines promesses pour nous aujourd’hui. Le Seigneur veut non seulement nous pardonner mais aussi nous donner un cœur nouveau. Il vient guérir ce qui a été blessé. Présentons-nous à lui avec tous nos péchés avec confiance mais prions aussi pour tous ceux que nous connaissons être dans l’épreuve.

La liturgie nous emmène maintenant vers la Pentecôte, prions pour que l’Esprit Saint vienne en abondance sur nous et renouvelle le monde entier.

******

« Personnalité et Relations Humaines »

Proposition de Chantal Verzaux

Dans ce temps de distanciation sociale imposé pour des raisons sanitaires, la rencontre de l’autre de visu est empêchée, refusée, interdite. S’entendre dire du jour au lendemain que nous ne pouvons plus aller voir des êtres chers fragiles et vulnérables, que nous ne pouvons plus ni les embrasser, ni briser leur solitude, ni les réconforter est source d’un stress où peut se mêler de l’impuissance, de la tristesse et de la colère, la sensation cruelle d’isolement en voyant la mort arriver pour un être cher, entre autres.

A PRH (Personnalité et Relations Humaines), nos pensées et nos cœurs sont davantage tournés aujourd’hui vers les plus exclu(e)s de nos sociétés ainsi que celles et ceux parmi vous qui sont en pleine tempête, fatigué(e)s, soutiens familial, isolé(e)s, stressé(e)s, en deuil peut-être…

PRH cherche à rejoindre tout homme pour que se déclenche le processus de croissance et de mise en ordre et souhaite faire sa part en ce temps chaotique.

C’est pourquoi, nous vous proposons un temps en groupe de 6 personnes maximum, par visioconférence, pour échanger sur ce que nous fait vivre ce confinement. L’objectif est de pouvoir exprimer en toute liberté son vécu, et accueillir celui des autres, dans un grand climat de respect et de compréhension.

Dans le module « Défis et Opportunités en période de Coronavirus », nous nous penchons sur les difficultés que vous vivez dans cette période de crise. Il peut s’agir de sentiments d’inquiétude, de stress, d’angoisse, d’incertitude, … Peut-être vous êtes en proie à des ruminations, par moments. Ou peut-être vous avez de lourdes décisions à prendre ces jours-ci.

Nous regardons aussi les opportunités qui se présentent malgré la situation difficile où nous nous trouvons. Comment gérez-vous les possibilités qui s’offrent à vous ? Nous nous attardons aussi aux choses positives qui se passent aujourd’hui dans notre société.

Ce module vous permet d’augmenter votre résilience pour pouvoir rester debout dans ces temps difficiles.

Pour pouvoir participer il vous faut une connexion internet et un ordinateur/une tablette pourvus d’une webcam. Après inscription auprès de chantal.verzaux@gmail.com, je vous enverrai des précisions sur les aspects techniques.

Ce module gratuit de 2 heures est destiné préférentiellement aux personnes qui n’ont pas l’expérience d’un stage PRH. Pour plus d’informations, vous pouvez aller sur le site

www.prh-france.fr

Je vous propose de choisir parmi deux dates avec deux créneaux horaires :

le mercredi 29 avril de 17 à 19h ou le jeudi 30 avril de 10h à 12h

Bien en liens avec chacun(e) de vous, ChantalVerzaux– 06 10 61 44 99 – Accompagnatrice individuelle habilitée par PRH

*******

LE GRED CONTINUE PENDANT LE CONFINEMENT

Le Groupement de Recherche d’Emploi de la Défense accompagne bénévolement depuis plus de 20 ans des demandeurs d’emplois à Notre-Dame de Pentecôte. Nous utilisons souvent la métaphore de la traversée du désert pour illustrer la transition professionnelle que représente la recherche d’emploi. Nous étions loin de nous douter que cette image allait concerner l’ensemble d’entre nous à travers la période si particulière que nous vivons actuellement.

La perte et la recherche d’un emploi est souvent un événement traumatisant, une transition révélatrice des difficultés de la société mais aussi de nos propres difficultés (doutes, peur, fragilités). Nous pourrions utiliser la même phrase pour parler de cette crise qui va impacter durablement l’année 2020 (après une année 2019 marquée par les gilets jaunes et les grèves) et peut-être même les années suivantes.

« Traverser ce temps de crise peut être également l’opportunité de se poser, toucher du doigt les vraies questions, ses propres ressources intérieures parfois enfouies et utiles pour la traversée

Les bénévoles qui font de l’accompagnement prennent le temps. Le temps d’accueillir, de reconnaître l’humain qui est en face de lui et de l’aimer. »

Ces lignes, écrites il y quelques années pour présenter le GRED, prennent un sens particulier aujourd’hui où, accompagnateurs et accompagnés partageons cette même expérience de vie lente, du confinement, parfois de l’arrêt du travail sans savoir avec certitude quand cela va reprendre, cette perte de repères, de cadres structurants, le vide, la solitude parfois et l’incertitude pour reprendre l’image de la traversée de l’inconnu. Il y a alors une forme d’égalité qui n’existe pas en temps normal où l’accompagnateur a une activité et l’accompagnée recherche un emploi.

Dans une société qui s’est considérablement ralentie, chaque accompagnateur a le temps de la relation avec son accompagné. La question rituelle du début d’entretien « comment vas-tu ? » est moins conventionnelle qu’à l’accoutumée, chacun a quelque chose à partager. Cela peut changer la nature de la relation et met en exergue cette phrase que nous écrivons en temps normal pour décrire cette relation « L’accompagnateur conçoit alors la rencontre comme un échange, il donne autant qu’il reçoit ».

Naturellement, la recherche d’emploi est aujourd’hui entravée par la situation actuelle. Naturellement les échanges réseaux sur lesquels nous insistons sont plus difficiles. Et pourtant, il y a des postes à pourvoir, certes précaires (pendant la crise), on se diffuse les sites qui les recensent. Et pourtant, la personne qu’on essaie de joindre depuis plusieurs mois, elle est peut-être un peu plus disponible en ce moment ?

Évidemment la forme de la relation entre accompagnateur et accompagné change également. Nous tâtonnons avec les outils de relation numérique, nous faisons les réunions et les entretiens par visio. Ce n’est pas la même chose et cela demande un effort d’adaptation pour tout le monde. Les échanges sont différents en visioconférence, c’est plus difficile de s’appuyer sur nos ressentis. En réunion avec la visioconférence, on peut moins « rebondir » sur ce vient de dire un participant, on est obligé d’être davantage attentif à qui parle, et qui veut parler ensuite. On apprend brancher son micro seulement lorsqu’on veut intervenir. Nous découvrons aussi notre capacité d’accueil de la parole de l’autre et d’écouter davantage les ressentis que cela fait vivre à chacun

C’est ce que nous faisons avec nos réunions mensuelles d’accompagnateurs et nos réunions hebdomadaires avec les accompagnés qui ne durent plus toute la journée (difficile d’être concentré pendant 6 heures en visio) mais simplement deux heures le matin. Nous avons donc dû réorganiser le planning des interventions.

Nous nous adaptons ainsi à un environnement qui change et qui fait changer notre mode de relation avec nos accompagnés.

Nous sommes aujourd’hui dans un monde qui change et nous ne savons pas (encore) dans quel sens il va évoluer.

Le seul moyen efficace de prédire le futur est encore de l’inventer.

Et si nous mettions à profit cette période de recul, de repli pour inventer une nouvelle manière de travailler ?

*******

EMISSION sur KTO

En cette période de confinement dû au coronavirus,KTO vous propose ce nouveau rendez-vous du lundi au vendredi à 14h30:un curé de paroisse écoute,conseille et accompagne tous ceux qui sont confinés.Participez en direct pendant l’émission sur les réseaux sociaux avec #CaféduCuré,par téléphone durant l’émission au(+33) 1 73 02 22 84 ou par email:cafeducure@ktotv.com ou sur le site:

https://www.ktotv.com/video/00329810/cafe-du-cure-du-21-avril-2020

Les conférences de carême sont consultable sur le site: https//ndp92.fr

*******

Une coupe de cheveux ?

Un jeune homme vient tout juste d’obtenir son permis de conduire. Il demande donc à son père s’ils pouvaient discuter ensemble de l’utilisation de la voiture familiale.

Son père l’amène dans son bureau et lui propose le marché suivant : « Tu améliores ton rendement scolaire, tu étudies la Bible et tu te fais couper les cheveux. Ensuite, nous parlerons de la voiture. »

Un mois plus tard, le garçon revient à la charge et, encore, son père l’amène dans son bureau.

Le père ne tarde pas à prendre la parole : « Mon fils, je suis très fier de toi. Ça va beaucoup mieux à l’école, tu t’es concentré sur la Bible plus que je ne l’aurais cru, mais tu ne t’es pas fait couper les cheveux. »

Le jeune réplique : « Tu sais, papa, j’ai réfléchi à cela. Samson avait les cheveux longs, Moïse avait les cheveux longs, Noé avait les cheveux longs et Jésus avait les cheveux longs…

Et du tac au tac, le père réplique : « Et ils se déplaçaient à pied ! »

*******

Semaine du 22 au 29 avril 2020

Vous pouvez télécharger le Cahier d’Espérance N°965 au format PDF :