Cahier d’Espérance n° 780 : «Un amour débordant…»

« Comment pourrions-nous assez rendre grâce à Dieu à votre sujet, pour toute la joie que nous avons à cause de vous devant notre Dieu ?

Nous le prions avec ardeur, jour et nuit, pour que nous puissions revoir votre visage et compléter ce qui manque à votre foi.

Que Dieu lui-même, notre Père, et que notre Seigneur Jésus nous tracent le chemin jusqu’à vous.

Que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous. » (1 Th 3, 9-12)

 

En cette rentrée de septembre 2015, à la manière de Paul, nous rendons grâce car la vie chrétienne se développe au cœur de cette Esplanade de La Défense, centre économique vital pour notre pays. Grâce à vous qui la fréquentez et la faites connaître, la Maison d’Eglise est cette présence active et accueillante pour témoigner de la présence du Christ et de sa demande sans cesse de conversion au service « de l’Homme, de tout Homme, de tout l’Homme ».

Et Paul continue en exhortant les chrétiens à avoir « entre eux et à l’égard de tous un amour de plus en plus débordant ».

C’est comme un programme d’année :

Un amour entre nous. L’Eglise n’est pas que le lieu de la proclamation de l’Evangile, elle doit être aussi le lieu de l’incarnation de ce qui est annoncé. Cela demande de la bienveillance les uns envers les autres, un intérêt pour ce que vivent les autres à l’intérieur de ND de Pentecôte, un désir de connaissance mutuelle, une solidarité en actes quand elle est sollicitée pour faire marcher la Maison et la faire connaître…

La question « Où vivons-nous ce que nous annonçons ? » est pour chaque chrétien, une véritable occasion de méditation, parfois de remise en question.

« Et à l’égard de tous les hommes. » L’amour, selon l’Evangile, n’est pas émotion, ni sentiment superficiel, mais service et acte en faveur notamment des plus délaissés d’une société. Et dans notre société complexe, les questions de la justice* sont difficiles à discerner. Comment servir justement l’Homme et les hommes dans le monde économique et dans la vie sociale quotidienne, comment l’exhortation à l’amour s’incarne-t-elle dans ces domaines ? Voilà encore un sujet de méditation auxquels les chrétiens ne peuvent se soustraire, car l’amour ce n’est pas seulement avoir de bonnes relations avec les uns et les autres.

Pour cela, ND de Pentecôte organise réflexions et conférences, accueille des équipes et des parcours, propose des conférences et des ouvrages de réflexion, organise et accueille des opérations de solidarité. De plus, vous pouvez venir partager vos préoccupations, vos idées sur ce qu’il faudrait faire sur ces sujets.

L’an dernier, des rencontres sur « la souffrance au travail » sont nées ainsi, d’une réflexion partagée.

         Profitez des nombreuses activités, enrichissez-les, faites-les connaître. Je crois très profondément que les chrétiens sont attendus aussi sur ce terrain-là ; ils ont beaucoup à apporter à notre société.

Et les 6-7-8 octobre, nous comptons sur votre présence pour faire connaître Notre Dame de Pentecôte par l’invitation à participer à trois jours sur le thème « Osons la Joie » au cœur de cette belle esplanade.

Bon mois de septembre à tous.

Père Alain Lotodé

LOGO osons la joie

* Les conférences du Carême 2016 déclineront le thème de la Justice.

 


«Agir en chrétien dans le monde de l’entreprise»

Première partie

            Ce fil rouge a servi de repère commun aux équipes et groupes de réflexion sur la vie professionnelle, depuis Novembre 2014. Comme chaque année, avant la dispersion des vacances, la réunion-débat du 9 juin ouverte à tous, en équipe ou non, a permis d’échanger plus largement sur ce thème. Quelques questions étaient proposées :

 Quel discernement faire pour que nos actes soient bien inspirés par l’Evangile, par le service de l’homme et du bien commun ?

  • Comment prendre notre part de la créativité qui s’exprime dans les entreprises pour permettre à l’Homme de devenir plus humain?
  • Réagir contre les injustices, prendre la défense d’un collègue qui rencontre des difficultés, d’autres que nous, qui se disent non-chrétiens, agissent dans ce sens, au nom des valeurs humaines qui les animent. Comment, au nom de notre foi chrétienne, sommes-nous invités à agir avec eux?
  • Que veut dire pour nous « Agir en chrétien » au sein d’organisations non confessionnelles,  en particulier de syndicats?
  • Est-ce qu’au nom de notre foi, il nous arrive de prendre position, de prendre des risques, quand nous sommes en désaccord avec ce que demande l’entreprise ou notre hiérarchie ?
  • Comment la prière nous soutient-elle dans notre agir chrétien ?

*********

Nous étions 18 présents dont 5 personnes qui venaient pour la première fois à ce type de réunion. 11 équipes ou groupes étaient représentées.

Le Groupement Chrétien des Professions Financières (GCPF) s’est exprimé le premier, mais à vrai dire plus sur ce qu’ils ont débattu dans l’année que sur le fil rouge à proprement parler.

Ils essaient de faire le lien entre Evangile, Doctrine sociale de l’Eglise, foi et entreprise. Ils ont, cette année, particulièrement réfléchi à la justice. La justice humaine, celle des avocats ou des philosophes, est à confronter à la justice de Dieu. Est-il possible d’appliquer la justice de Dieu en entreprise ? La question de l’autorité a aussi été abordée : l’autorité peut faire grandir, l’autoritarisme, lui, peut devenir pathologique et destructeur. Se pose alors la question de l’obéissance.

Ils ont enfin réfléchi sur des sujets qui « fâchent » comme le blanchiment d’argent, ou la corruption. C’est une aide précieuse pour chacun que de pouvoir en débattre en équipe.

Le Parcours ALPHA : Il existe une différence entre l’agir dans l’entreprise et dans « la vie ». Dans l’entreprise, on est astreint à une certaine neutralité. L’environnement peut même nous amener à ne pas « être nous-mêmes ».

Cependant, il est des moments où nous sommes amenés à « parler » et à « agir » selon notre foi. Un collègue est identifié chrétien : les gens viennent vers lui. Cela peut même mener quelqu’un au catéchuménat ! On va à la messe à NDP et on y retrouve des collègues : les relations après en sont changées. Il est aussi important de prier pour nos collègues ; de prier pour demander le discernement.

Des attitudes à développer :

Ne pas critiquer quelqu’un en son absence

Essayer d’être positif et de ne pas « casser » les personnes

Par rapport à l’entreprise : accepter les projets sans critiquer systématiquement, mais cependant dans certains cas, oser dire Non.

Essayer de faire réfléchir les collègues ;

Est cité le cas de quelqu’un qui a démissionné pour rejoindre une ONG.

Nouvelles Technologies (NTIC): L’équipe a étudié les relations de chacun avec son N+1. Pour nous chrétiens, notre N+1 c’est Dieu ! Comment discerner entre des objectifs qui divergent ? Actuellement et de plus en plus, des logiciels et des matériels remplacent l’homme.

A propos de l’Evénement 2015 « Osons la joie », il est remarqué que la joie n’est pas facile à rejoindre dans notre société. Il faut « l’apporter ». Elle n’est pas naturellement présente dans l’entreprise.

Le GSEPT s’est d’abord posé la question : « Que veut dire être chrétien ? » Disciples de Jésus leur semble plus percutant. Nous devons transformer notre milieu et non être transformé par lui. C’est une lutte de tous les jours. Apportons la paix, la joie, l’amour autour de nous. Soyons le sel de la terre. Abolissons les barrières. Témoignons par notre vie dans l’humilité. Soyons prêts à pardonner. Demandons l’aide du Seigneur par la prière.

Le MCC : Le représentant du MCC vient d’arriver dans l’équipe en provenance du Liban. Il est heureux d’avoir ici à NDP l’occasion de partager sur sa foi et son travail. Pour l’équipe, il est important d’être attentif à la valeur humaine et non pas uniquement aux compétences. Importance aussi de l’éthique dans l’entreprise.

Partage & Solidarité, compte tenu de sa spécificité, a étendu le thème au milieu de vie en général. S’efforcer d’avoir toujours le sourire même quand cela ne va pas forcément bien. Compter sur Dieu pour en avoir la force.

Pour un autre membre de l’équipe, même si on est en grande difficulté, cela ne doit pas nous empêcher d’agir en chrétien et de manifester son amour du prochain.

Déontologie : L’équipe s’intéresse au développement durable, à l’éthique d’entreprise à la lumière de la doctrine sociale de l’Eglise.

En tant que personnes, les membres s’efforcent d’être artisans de paix, ouverts aux autres et porteurs de joie. Ces attitudes sont porteuses de dynamisme et contribuent aux performances tant individuelles que collectives.

EDC : Les membres de cette équipe ont l’impression d’être sur des sièges éjectables. Leurs charges de travail ont des répercussions sur leur équilibre familial.

Notes de Françoise Pons 

A suivre….