Les libraires ont aimé

 Sagesse animale

Norin Chai,Stock

Norin Chai est né au Cambodge. Il est actuellement vétérinaire en chef de la ménagerie du jardin des plantes à Paris après avoir été moine bouddhiste à 20ans.
Sa longue expérience comme vétérinaire de la faune sauvage nous plonge dans ce livre dans une découverte passionnante et originale du monde animale.
Par leur manière de se comporter, les animaux peuvent nous apprendre à nous réconcilier avec nos émotions et à mieux partager celles d’autrui. Ils peuvent nous aider à retrouver les chemins oubliés de notre intelligence intuitive , à mieux écouter notre corps, à vivre plus sereinement le temps présent.
N’est ce pas en retrouvant notre lien perdu avec notre animalité que nous finirons un jour,par retrouver notre pleine humanité ? C’est la question que nous pose Lorin à la fin de ce livre.


Un clafoutis aux tomates cerises

Véronique de Bure, Collection « J’ai lu »

Une dame ,nonagenaire mais autonome, a choisi de vivre le reste de son temps dans la maison où elle réside depuis longtemps, à la campagne. Elle rédigera donc un journal écrit sur quatre saisons au fil  » les travaux et des jours  » qui ,pour elle ,tissent la trame du quotidien .Cultivant l’ amitié dans la fidèlité , accueillante à l’imprévu , mère et grand mère chaleureuse pour ceux qui viennent se poser parfois près d’elle ,très ttentive aux sons du jardin , au cycle des saisons, elle porte sur la nature un regard ému  » cueilli » lors de ses promenades . Le plaisir de vivre pour partager et communiquéer , est ,ici, un b témoigneauage, servi par des mots simples et puissants . Sans rancunes , sans remords , avec quelques regrets discrets qui savent tenir la nostalgie( et quelques échecs) en respect , Jeanne nous offre une image élégante et positive du grand age. Les souvenirs qu’elle égrène,nous disent qu’ils ne sont pas fanés Une vitalité heureusement préservée lui ouvre encore l’appétit du présent( avec toutefois un goùt très tempèré pour la modernité ) . Bien sûr des signes apparaissent puis se précisent menaçant dans leur réalité, la vitalité de Jeanne lorsque des fragilités apparaissent .Alors nous lisons un combat courageux engagés avec le temps devenu un allié dans le consentement à ce qui advient …. jamais un ennemi ! C’est bien un traité de l’Art de vieillir que nous propose l’auteure; un art qui ne cesse de conduire Jeanne vers son nouvel anniversaire et au seuil, peut être d’une Epihanie que sa Foi aura questionnée de temps à autre , avec une confiance paisible. Un roman au thème précieux …… par les temps qui courent. NDLR ; Nous recommandons aussi les quelques recettes … savoureuses qui émaillent le texte et tout particulièrement bien sûr la recette du Clafoutis dans laquelle le temps qui passe est cuit…. sous forme d’un lapsus culinaire !

MCG


L’Intranquilité »

Marion Muller- Colard, édition Bayard  » J’ Y CROIS »

Thélogienne et universitaire enseignante, Marion Muller Colart structure souvent ses ouvrage en partant de l’expérience du lecteur , en l’inviatnt à reflechir sur ses options personnelles,,ses réaction face à des situations variées , sur sa vie , en prise directe sur le réel . Elle introduit ainsi le propos fondamental qu’elle développera ensuite .Elle « récidive  » ici pour traiter du thème de l’Intranquilité. .Qui fera le choix de liire ce petit livre dense , verra qu’il s’inscrit bien dans ce processus.  Dans un premier temps l’auteure fait l’état des lieux de nos vies . Elles sont souvent encombrées par de nombreux parasites déclinés sous diverses formes dont le stress est l’aboutissement , faisant de chacun et chacune l’acteur et le témoin d’un engrenage souvent douloureux et frustrant de sa vie .Il n’est pas question, ici de porter un jugement , par une évaluation négative de modes de fonctionnement plus ou moins imposés mais plutot de pointer les limites d’une agitation qui génère souvent une insatisfaction profonde un mal être à la fois du corps et de l’esprit . Des comportements qui se répètent…. comparables ( peut être) à « des flèches visant une cible mais qui manqueraient leur but »… M Muller- Colard suggère de se mettre à l’écoute, à l’école de Marie. Elle, que nous bénissons ry à sui noud confions nos intranquilités en la priant d’intercèder pour nous, auprès de Son Fils.  Lumière portée ici , sur cette jeune femme , destinée à vivre les réalités de son temps, et qui accepte , nvestie par la Grâce ,d’être… dérangée dans son histoire, son devenir, ses attentes . Elle mettra au monde, jusqu’ à la douleur de la Crois , le Salut du monde ; l’Annonce qui lui est faite et qu’ elle reçoit sans,réserve permettra à l’Inouï: de s’accomplir ; …. . En Marie se réalise le dessein du Père , .Bienheureuse intranquilité de Marie qui consent au projet de Dieu: l’Incarnation ! . l’Evangile selon Marie c’est aussi celui de l’intranquilité dans la Confiance. L’auteure nous propose alors de relire dans la Foi le contenu que nous donnons à la notion d’intranquillité et celui que nous pourrions peut être lui donner .Accepter assumer le risque d’accueillir l’Autre , l’autre , l’étrange l’inattendu parfois déstabilisant .Accueil dans la vérité , de chacun à soi même ausssi .Une façon d’être au monde exigeante inconfortable peut être , dérangeante parfois, mais salutaire.  Elle se déclare sans ambiguité en faveur d’une intranquillité féconde , préférable à toutes les intranquilités ou pseudo tranquillités secrètées en nous et autour de nous ; la lire nous rappelle aussi que le don du Fils au Père pour l’ humanité , s’accomplit jusqu’à ‘ Intranquilité ultime du Chemin de Croix lorsque le Christ se donne, librement , par Amour .  La lecture de cet ouvrage écrit avec simplicité et profondeur suggère un réel questionnement de chacun sur ses  » encombrements » personnels réels ou supposés .Une invitation à libèrer en soi la source vivifiante de l’intranqulité et … à se souvenir d’en vivre .

MCG


Prenez soin de votre âme

Jean-Guilhem Xerri,édition ,Cerf

Ce superbe livre d’anthropologie chrétienne répond aux attentes de notre temps :

Il est accessible au grand public ; il remplace la moralisation par la thérapie ; il promeut « l’esprit » de l’homme commun aux incroyants et aux croyants. Il met à la portée de tous l’anthropologie des Pères du désert.

A juste titre, l’anthropologie binaire « corps et âme » du catéchisme est remplacée par l’anthropologie ternaire « corps âme, esprit » de saint Paul, saint Justin, saint  Irénée.

« Le corps est le lieu de l’âme comme l’âme est le lieu de l’esprit » ( Saint Justin)

L’esprit est inconscient (cf. Jung, Frankl), mais « au plus tard après la mort, le voile se lèvera »

« L’âme a trois pôles : logique pour chercher, épithymique ou de désir pour aimer, thymique ou de force pour lutter ». (Evagre)

« L’esprit a la fonction essentielle d’orienter, de diriger l’âme en s’appuyant sur la volonté libre et sur l’intelligence intuitive »

« L’esprit est le lieu qui permet à l’homme de sortir de lui-même pour mieux le devenir ».

« L’esprit rend l’homme humain… le métamorphose d’homme psychique en homme spirituel ».

Exposé lumineux des 5 étapes de la tentation (Jean Damascène), des 3 maladies de l’âme (Evagre)

Très éclairante analyse des bienfaits et limites de la méditation contemporaine d’origine bouddhiste au regard de la méditation chrétienne.


Trouver son identité profonde avec les penseurs chrétiens

Jean-Paul Lannegrace, éditionSalvator

Qui suis-je ? Quelle est ma vocation ? Quel est le sens de ma vie ? Ces questions brûlantes taraudent nos contemporains. Jean-Paul Lannegrace propose d’y répondre en revisitant un trésor spirituel souvent oublié : celui qu’a laissé au cours des siècles, de saint Augustin à Maurice Zundel, une lignée de penseurs et de mystiques chrétiens.

Tous, en cherchant Dieu, ont en même temps cherché le sens de l’homme. L’auteur nous fait avec eux découvrir qu’on ne trouve pas son identité profonde en rentrant en soi, mais en sortant de soi, pour aimer Dieu et les autres.

Dieu est alors en nous et nous fait naître à nous-mêmes. Un livre de référence qui nous rappelle que notre identité profonde est liée à notre capacité d’altérité mais aussi d’abandon à la grâce divine.


GAGNER SA VIE SANS PERDRE SON AME

Alain Setton, éditions DDB

Un ouvrage qui formule plus d’interrogations que de réponses…L’auteur pose lui-même la question : y a-t-il une place pour la spiritualité et notamment la Bible dans le monde du travail ou la vie professionnelle ? A partir de son expérience personnelle et de sa pratique du coaching, Alain Setton affirme qu’il est essentiel d’opérer cette rencontre, puisque la vie professionnelle est l’un des lieux de réalisation de soi et que la lecture biblique, intérieure et intériorisée favorise la découverte de notre identité.

Le livre nous offre de nombreux exemples, non pour chercher à prouver quelque chose, mais pour nous inviter à la réflexion. Des éclairages bibliques et des exercices concrets favorisent la relecture de notre itinéraire afin de mieux harmoniser notre vie professionnelle avec notre vie personnelle et spirituelle, nos difficultés devenant autant d’occasions de croissance.


QUATUOR MYSTIQUE

Chartotte  Jousseaume, éditions Cerf

Il est des livres où souffle l’Esprit.

C’est bien une pause ressourçante que nous offre Charlotte Jousseaume, dans ce livre où elle dresse le portrait de quatre grands mystiques : Jean de la Croix, Pierre Teilhard de Chardin, Silouane de l’Athos et Maurice Zundel.

Ils ont touché le vide de l’existence humaine, et choisi le dépouillement, pour être présents à la Présence. La rencontre avec Dieu, mise en musique par la plume féminine de l’auteur, surgit du fond de la nuit et s’incarne dans le monde.

Leur existence devient participation à la souffrance du Christ, réponse au cri de l’humanité. Chacun comprend alors qu’il est appelé à participer au salut des hommes, soutenu par la lumière de la foi.

Avec des figures qui ouvrent au débat, ce livre est une invitation à poursuivre la méditation et l’émerveillement, à faire dialoguer en nous ces 4 personnages…

Rayonnant et facile à lire, il ouvre à la vraie joie !


UNE TÊTE DE NUAGE

Erri De Luca,éditions Gallimard

Joie immense de retrouver Erri de Luca dans l’un de ses registres préférés, celui du lecteur de la Bible avec toute sa maîtrise de l’hébreu ancien.L’auteur imagine le dialogue entre Marie et Joseph depuis l’Annonciation jusqu’à la Passion du Christ. D’abord marqué par les interrogations de Joseph face à l’inexplicable cet échange devient vite rempli de l’amour incroyable de ces deux êtres confrontés à ce fils dont Ils pressentent vite qu’Il est celui annoncé par les prophètes.Tendresse et poésie, lecture du nouveau testament toujours éclairée par les références à l’ancien testament, ce nouvel ouvrage est une nouvelle occasion de faire connaissance avec Erri de Luca dont les ouvrages sont merveilleusement traduits depuis de très nombreuses années par Danièle Valin.Et si vous restez sur votre faim au terme de cette lecture très brève vous pouvez retrouver deux textes de la même veine et du même auteur, Et il dit et Au nom de la mère.