Conférence de Bernard PERRET « Penser la foi chrétienne après René Girard »

Conférence de Bernard PERRET « Penser la foi chrétienne après René Girard »

time 12 h 45 min

17 janvier 2019

L’œuvre de René Girard (1923-2015), a remis l’anthropologie religieuse au goût du jour et a influencé en profondeur d’autres domaines des sciences humaines et sociales. Son apport à l’intelligence de la foi chrétienne est considérable : en montrant comment la Passion du Christ dévoile les ressorts de la violence constitutive des sociétés, Girard éclaire d’un nouveau jour la singularité des Évangiles par rapport aux mythes fondateurs de la culture humaine.

L’exégèse biblique mise en œuvre par René Girard s’appuie sur une anthropologie novatrice, centrée sur la notion de désir mimétique. Grâce à Girard, nous comprenons mieux ce qu’ont deviné depuis longtemps les publicitaires et les démagogues : nos désirs imitent ceux des autres et de là naissent les rivalités et donc la violence. Mais c’est la notion de « bouc émissaire » qui évoque le mieux le cœur de son système de pensée. Le constat est d’une effrayante banalité : les hommes s’unissent le plus souvent sur le dos d’un tiers. Girard montre que cette mécanique universelle de la stigmatisation est constitutive d’une sorte de péché originel de la civilisation. Il nous permet de comprendre que la logique victimaire a quelque chose à voir avec les sacrifices rituels et donc aussi avec le sacré et la religion, et que c’est cela même – ce sacré maléfique sous-tend la culture humaine – que vient subvertir la Croix du Christ.

Un nombre croissant de théologiens se sont emparés de la pensée de Girard et, grâce à elle, ont entrepris de poser à nouveaux frais les questions du mal, du sacrifice, de la Rédemption et de la violence de Dieu.

Penser la foi chrétienne après René Girard est une présentation des enjeux de la pensée de René Girard pour le christianisme et un premier bilan des théologies qui s’en inspirent. C’est aussi l’amorce d’une réflexion personnelle sur les rapports entre anthropologie et théologie et sur l’impact possible de la théorie de Girard dans des domaines comme le rapport entre religion et violence ou le sens du rituel chrétien dans un contexte de sécularisation.